Bobo-Dioulasso : Le centre-ville changera de visage dans 10 ans

Les membres de la commission ont fait des recommandations au cours de cette session.

La commission communale de l’urbanisme et de la construction de Bobo-Dioulasso a organisé, le lundi 6 décembre 2021 à Bobo-Dioulasso, un atelier de validation de l’étude de réhabilitation des quartiers administratifs anciens du centre-ville de Bobo-Dioulasso.

Dans 10 ans, la ville de Bobo-Dioulasso changera de look. En effet, le ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville a initié une étude de réhabilitation des quartiers administratifs anciens du centre-ville de Bobo-Dioulasso. L’objectif de cette étude est de redynamiser la zone centrale, principal poumon économique pour l’émergence d’un pôle de développement économique capable de redonner confiance aux investisseurs.

L’étude de faisabilité confiée à un cabinet a été présentée, le lundi 6 décembre 2021 à Bobo-Dioulasso, à la commission communale de l’urbanisme et de la construction de Bobo-Dioulasso pour validation. Pour le gérant du cabinet chargé de l’étude, Léandre Guigma, cette étude se base sur les potentialités culturelles et économiques de la ville, son histoire et ses forces. « Nous nous fondons sur ce ressort patrimonial pour projeter un avenir qui prend en compte les enjeux du développement durable, les enjeux économiques, le renforcement des services de l’Etat, le développement des activités culturelles … », a-t-il expliqué.

Entre autres réalisations, il est prévu l’aménagement de ciné Sayon en place des fêtes, la transformation du stade- wobi en stade Omnisport, la réfection du théâtre de l’Amitié, l’érection d’un nouvel hôtel administratif et la construction d’hôtels 4 et 5 étoiles. « Tout cela favorisera la mobilité urbaine et piétonisation du centre-ville », a ajouté Léandre Guigma, tout en soulignant que 300 milliards F CFA doivent être mobilisés pour réaliser le projet. Selon le directeur général de l’Urbanisme, de la viabilisation et de la topographie, Marc Ouédraogo, l’étude s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des outils de planification élaborés par le ministère en charge de la ville pour la commune de Bobo-Dioulasso, à savoir le Schéma- directeur d’aménagement et d’urbanisme et le plan d’occupation des sols.

Le projet de réhabilitation des quartiers administratifs anciens du centre-ville de Bobo-Dioulasso n’est pas de l’utopie, foi de M. Ouédraogo. « Il y a 20 ans, lorsque le projet ZACA commençait à Ouagadougou, beaucoup pensaient que ce projet était une vue de l’esprit. En matière de construction de la ville, le rêve est permis. Ce que nous proposons pour Bobo-Dioulasso est réalisable », a-t-il souligné. Pour lui, la cité de Sya mérite un meilleur visage que ce qui est donné de constater.

Le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Bourahima Fabéré Sanou, a embouché la même trompette. « Dans la plupart des points évoqués, les orientations données ne relèvent pas de l’impossible. Nous devons travailler avec l’Etat et les autres partenaires afin que ce qui est considéré comme une vue de l’esprit puisse devenir réalité », a-t-il renchéri. Le maire de Bobo-Dioulasso a salué cette initiative du gouvernement de faire en sorte que les principales villes puissent répondre à l’évolution de l’urbanisation dans le concert des nations. L’historien Bruno Doti Sanou a été associé à cette étude où il a conseillé de protéger les lieux sacrés de la religion traditionnelle.

Boudayinga J-M THIENON

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.