Mali : Dix(10) maisons monumentales à Djenné ont été réhabilitées (UNESCO)

Le Comité de pilotage du « Patrimoines endommagés des régions nord du Mali : sauvegarde, reconstruction, réhabilitation, restauration et revitalisation », a fait mardi 28 décembre 2021 au Mémorial Modibo Keïta, le bilan du projet.

Dans le cadre du suivi des activités de la deuxième phase du programme « Patrimoines endommagés des régions nord du Mali : sauvegarde, reconstruction, réhabilitation, restauration et revitalisation », le Comité de pilotage s’est réuni,  mardi 28 décembre 2021 au Mémorial Modibo Keïta, sous la présidence du Ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme, M. Andogoly GUINDO qui avait à ses côtés, M. Edmond MOUKALA, Chef du Bureau et Représentant de l’UNESCO au Mali, M. Bart OUVRY, Ambassadeur de l’Union européenne au Mali et du représentant de l’Ambassadeur du Royaume d’Espagne au Malia, pour faire un bilan global de cette seconde phase de ce programme financé par l’UE.

L’objectif était de pérenniser et de consolider les résultats préliminaires du Programme de Réhabilitation. L’enjeu de cette phase était non seulement de poursuivre et d’affiner les actions de réhabilitation du patrimoine en vue d’une gestion pérenne, capitalisant les acquis des actions menées durant les huit (08) années passées mais aussi de cibler plus précisément le développement socio-économique au bénéfice des populations locales par le biais du patrimoine et dans des domaines d’actions ciblées.

Le  projet a permis de réaliser des travaux de réhabilitation de la mosquée Djingareyber, les toilettes des mosquées sidi Yahia et Sankoré,  de finaliser les travaux de construction du monument Al Farouk, de réaménager la place de l’indépendance de Tombouctou et de réhabiliter dix (10) maisons monumentales à Djenné et la maison de l’explorateur Heinrich Bart à Tombouctou…). Il a par ailleurs permis de  poursuivre les actions de conservation physique, de valoriser et d’exploiter des manuscrits anciens. A cela s’ajoute, les activités de lutte contre le trafic illicite des biens culturels et le renforcement des capacités de 50 jeunes sur les métiers du patrimoine culturel à travers la transmission des savoirs et du savoir-faire dans les métiers du patrimoine culturel, notamment en maçonnerie traditionnelle.

Malgré un contexte particulièrement difficile, l’ensemble des activités planifiées ont pu être exécutées sur le terrain. Le taux d’exécution des travaux du projet sur le terrain est estimé à 100% avec un taux de consommation budgétaire de 97% à la date d’aujourd’hui.

Cette rencontre du comité de pilotage, qui a été élargie aux communautés des sites du patrimoine mondial, a été clôturée par la diffusion d’un film récapitulatif sur le chemin parcouru dans le cadre des activités du Programme de Réhabilitation du patrimoine culturel et de Sauvegarde des Manuscrits anciens du Mali.

 

SOURCE: United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO)


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.