Traitement de l’information sécuritaire : le CSC recueille les préoccupations des Editions Sidwaya

Une délégation du Conseil supérieur de la communication conduite par son vice-président, Abdoulazize Bamogo, a rendu visite au directeur général des Editions Sidwaya, Mahamadi Tiégna, le mercredi 19 janvier 2022, à Ouagadougou.

La délégation a félicité le premier responsable des Editions Sidwaya et ses agents qui ont été décorés l’année dernière.

Le Conseil supérieur de la communication (CSC) est dans la dynamique de recueillir les préoccupations des acteurs des médias sur le traitement de l’information liée à la crise sécuritaire afin d’en discuter avec le gouvernement. Dans ce sens, une délégation de cette institution conduite par son vice-président, Abdoulazize Bamogo, a rendu visite au directeur général des Editions Sidwaya, Mahamadi Tiégna, le mercredi 19 janvier 2022, à Ouagadougou. A en croire le chef de la délégation, l’objectif de cette visite est de recueillir les propositions et les attentes du premier responsable du ‘’journal de tous les Burkinabè’’ pour pouvoir les traduire en termes de préoccupations du monde des médias. « Cette visite a été l’occasion pour nous de partager avec le directeur général et son équipe, notre préoccupation en tant que régulateur de la responsabilité sociale des médias. En ce moment difficile lié à la crise sécuritaire, c’est important pour les journa-listes d’informer les populations, mais ce contexte rend difficile leur travail », a indiqué Abdoulazize Bamogo. A l’entendre, par l’activité d’informer du journaliste, celui-ci s’expose et peut même mettre en danger son média ou d’autres acteurs de la vie publique. C’est important, a-t-il souligné, qu’il puisse y avoir une réflexion autour de comment traiter cette question de sorte que le journaliste se protège dans son activité, sans oublier ses concitoyens. « Nous avons échangé avec le directeur général en attirant son attention sur cette question. Nous savons qu’il y a déjà des efforts qui sont faits dans ce sens, mais pour le régulateur, c’est encore d’appeler les médias à mettre en avant cette responsabilité sociale du journaliste dans l’activité d’information », a-t-il décliné. Pour le vice-président du CSC, les journa-listes ont le devoir d’informer les populations, cependant ils doivent tenir compte du contexte sécuritaire qui nécessite que cette activité d’informer ne mette pas en péril la vie des concitoyens ou l’intégrité du territoire. « Nous avons remarqué avec beaucoup d’intérêt qu’à Sidwaya, cette préoccupation est déjà prise en compte et nous les encourageons pour ce qui est fait dans ce sens », a-t-il exhorté.

Ouvert à toute initiative

Les visiteurs du jour ont félicité le directeur général de la « Maison commune » et d’autres agents qui ont été décorés l’année dernière. A leur avis, c’est une reconnaissance non seulement à l’ensemble du travail abattu, mais aussi une contribution dans ce contexte très difficile qui est à saluer et encourager à sa juste mesure. La délégation du CSC a également saisi l’occasion de cette visite pour présenter ses vœux de bonne et heureuse année 2022 au Directeur général (DG) des Editions Sidwaya, Mahamadi Tiegna et à son personnel. En retour, le DG Tiégna a formulé des vœux de santé, de succès et de stabilité du pays au vice-président Bamogo et à ses collaborateurs avant de traduire sa reconnaissance à l’instance nationale chargée de la régulation des médias. Il s’est dit disponible et ouvert à toute initiative qui pourrait aider les médias à mieux faire leur travail afin d’informer les populations. « Nous avons le devoir d’informer, mais les journalistes doivent tenir compte de la nécessité de préserver des vies », a-t-il soutenu.

Timothée SOME

timothesom@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.