Crise au sein du CDP : la fraction dirigée par Achille Tapsoba règle ses comptes et annonce que le 8e congrès aura « bel et bien lieu »

Le bureau exécutif national de la fraction du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) dirigée par Achille Tapsoba et communément appelée aile historique du parti a animé une conférence de presse ce mercredi 29 juin 2022 suite aux dernières actualités au sein de la formation politique.

Une supposée lettre du président d’honneur, Blaise Compaoré, annonçant la tenue du 8e congrès est contestée par Eddie Komboïgo qui en conteste l’authenticité et les termes. Le président de l’aile dite futuriste estimant que le 8e congrès a déjà été organisé et reste valide.

Mais du côté d’Achille Tapsoba, cette « réponse désinvolte envoyée au président d’honneur » est un affront fait au président fondateur du CDP. Occasion donc de répondre aux « arguties et développements spécieux d’un monsieur qui s’essaye à la politique ».

A propos de ce 8e congrès, « l’aile historique » estime que la rencontre organisée par le camp de Eddie Komboïgo a violé le règlement intérieur et les statuts du parti, notamment les articles 77 à 80 des statuts traitant des prérogatives du président d’honneur.

« Selon ces articles, le poste de président d’honneur est hors hiérarchie et renvoient à une résolution du congrès pour préciser les attributions attachées au dit poste », a expliqué Achille Tapsoba. Selon la résolution du 7e congrès, a-t-il poursuivi, le président  d’honneur est garant de l’unité et  de l’orientation politique du parti. La crise est survenue lorsque Eddie Komboïgo a refusé de reporter un congrès à la demande du président d’honneur. « Le 8e congrès tel que le président  d’honneur l’a prévu aura bel et bien lieu et nous allons l’organiser conformément à la législation nationale et interne en vigueur», a déclaré Tapsoba.

 

F.M.O

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.