Sorobis, styliste américain d’origine burkinabè : « Je veux faire la promotion du textile africain »

"Tous les citoyens d’un pays ont le droit au même degré de culture, d’éducation, de santé, etc. Sorobis à travers Saramany international veut prôner la culture burkinabè au-delà de l’Afrique. Du coup, nous travaillons avec tous ceux qui peuvent nous aider à atteindre notre objectif peu importe leur appartenance politique ou idéologique."

Issa Sorogho alias Sorobis : « Je veux prôner la culture burkinabè au-delà de l’Afrique ».

Après plusieurs mois d’absence des T, le styliste américain d’origine burkinabè Issa Sorogo alias Sorobis basé aux Etats Unis a décidé de signer son retour sur la scène de la mode à travers un « come back show » qui se tiendra le dimanche 10 juillet 2022 à New York. Dans cette interview accordée à Sidwaya, il revient sur le menu et les objectifs visés à travers cet évènement.

Sidwaya (S) : Vous avez été absent des podiums de défilé pendant un moment. Qu’est ce qui explique cette absence ?

Issa Sorogo (I.S) : Après la sortie de mon premier catalogue de mode en avril 2021, j’ai décidé de prendre du recul parce que c’était un peu dur pour moi. Nous avons pratiquement travaillé deux ans sur le projet et j’étais plus ou moins fatigué. Entre temps, j’ai aussi perdu ma mère et toutes ces raisons m’ont amené à me retirer de la scène de la mode pour un moment. Particulièrement par rapport au catalogue, les avis étaient partagés sur la question. En effet, beaucoup de personnes à la limite m’en voulaient parce que pour eux, malgré que je sois burkinabè, j’étais basé à l’extérieur et ce n’était pas à moi de venir réaliser un catalogue de la mode burkinabè. Mais je me dis que l’on soit venu de l’extérieur ou de l’intérieur, à partir du moment où on conçoit des projets qui sont fédérateurs, il n’y a pas à s’en faire.

La collection « Diarradougou » du styliste Sorobis rend hommage à la ville de Bobo Dioulasso.

S : Vous avez décidé de marquer votre retour sur la scène de la mode à travers un « come back show ». Que signifie ce concept ?

I.S : Depuis que je suis installé aux Etats unis en tant que styliste, j’ai participé à beaucoup d’évènements mais ce n’était pas des activités d’envergure. C’était toujours des invitations d’autres stylistes pour participer à leurs défilés. Le show du 10 juillet est donc un come-back en ce sens que non seulement je reviens sur la scène mais, à partir de maintenant, j’ai décidé de faire les choses autrement. Je veux avoir aussi quelque chose à dire et apporter ma contribution à la mode universelle, qu’elle soit d’origine africaine ou américaine. Ce show vient vraiment à point nommé parce qu’il y a longtemps que j’ai participé à un défilé à New york. Le dernier évènement auquel j’ai pris part remonte à bien avant la pandémie à coronavirus. C’est donc un nouveau départ pour moi et je veux profiter de ce come-back show pour dire que dorénavant, j’aurai un évènement de mode tout particulier aux USA. Avant, je me disais qu’il fallait absolument le faire en Afrique parce que je voulais apporter ma contribution à la mode en Afrique. Mais je me suis rendu compte que je n’ai pas seulement à le faire dans mon continent d’origine mais partout ailleurs dans le monde comme aux USA par exemple. D’où ce come back show qui sera organisé par Saramany international.

La collection « Dafincoul » qui est une déclinaison de la célèbre collection « Dafinsso » sera également présentée lors du « come back show ».

S : Y a-t-il d’autres objectifs poursuivis à travers cet évènement ?

I.S : Je veux aussi contribuer à faire la promotion du textile africain notamment celui du Burkina Faso. En effet, beaucoup d’américains ne savent pas faire la différence entre le textile authentiquement fait en Afrique et les copies qui nous arrivent de la Chine, de l’Inde ou de la Suisse. Au cours de ce défilé, je vais non seulement leur permettre de toucher le tissu authentique mais aussi de voir des modèles faits à partir d’un textile fabriqué en Afrique et qui peuvent être utilisés partout dans le monde. Pour ce faire, deux de mes collections faites à partir de tissus burkinabè seront mises en avant au cours de cette soirée. Il s’agit en premier lieu de la collection « Diarradougou » où je rends hommage à la ville de Bobo-Dioulasso à travers le textile qui y est fabriqué. La deuxième collection qui sera présentée est la collection « Dafincoul » qui est une déclinaison de la célèbre Collection « Dafinsso ». Dans cette collection, j’ai apporté des couleurs vives et chaudes, différentes des fonds bleu/blanc du Dafinsso. Le Dafincoul est produit à Ouagadougou et existe en rouge, noir, marron, orange, vert, etc.

Le « come back show » de Sorobis se tiendra le 10 juillet prochain à New York.

S : Le thème de cette activité est « Impact du textile burkinabè sur l’économie nationale et  internationale ». Quel est le message ?

I.S : Depuis un certain temps, on parle de l’essor du textile burkinabè mais il est important de savoir ce que cela peut rapporter au pays. Il y a beaucoup plus de personnes qui s’adonnent désormais à l’activité de tissage, de culture du coton et de vente de tissus made in Burkina. C’est toute une chaine et il est important que les gens comprennent que si c’est bien mené ça peut être très utile à tout le pays voire au continent. C’est donc pour cela que nous avons choisi ce thème.

S : A part cet évènement, quels sont vos projets à court terme ?

I.S : Il y a tellement de choses à faire ici aux USA que l’on risque d’être très occupé. De la côte est à la côte ouest, il y a pas mal de personnes qui veulent savoir ce que l’Afrique a à offrir au monde. C’est donc dire qu’en tant que styliste burkinabè basé aux USA, nous avons du travail à faire dans ce sens. Par ailleurs, dans le court terme, il se tiendra le 16 juillet à Montréal au Canada le festival « la voix du Faso » et Sorobis sera de la partie. Pour terminer, j’aimerais insister sur le fait que la mode est universelle et s’adresse à tout le monde. Tous les citoyens d’un pays ont le droit au même degré de culture, d’éducation, de santé, etc. Sorobis à travers Saramany international veut prôner la culture burkinabè au-delà de l’Afrique. Du coup, nous travaillons avec tous ceux qui peuvent nous aider à atteindre notre objectif peu importe leur appartenance politique ou idéologique. L’invité d’honneur du « come back show » est Eddie Komboïgo à qui nous disons un grand merci.

Interview réalisée par Nadège YAMEOGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.