Protection de l’enfance : Le Burkina renforce son partenariat avec l’UNICEF

Le ministre en charge de la solidarité nationale, Lazare Windlassida Zoungrana (extrême gauche): «62% d’enfants sont concernés, au pays des hommes intègres, par la crise des déplacés internes». © : Aubin NANA pour Sidwaya.info

Une délégation ministérielle conduite par la ministre des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, Olivia Rouamba a échangé, le vendredi 23 septembre 2022 à New York (États-Unis), avec la directrice exécutive adjointe chargée de la gestion des Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Hannan Sulieman.

Le gouvernement burkinabè est reconnaissant au Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) pour toutes les actions menées par cet organisme onusien, depuis plusieurs années, au Burkina Faso.

C’est du moins ce qu’a affirmé le ministre de la Solidarité nationale et de l’action humanitaire, Lazare Windlassida Zoungrana. C’était le vendredi 23 septembre 2022 à New York (Etats-Unis) au sortir d’une audience avec la directrice exécutive adjointe chargée de la gestion des Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Hannan Sulieman.

« Nous sommes venus remercier l’UNICEF d’abord pour notre partenariat et pour tous ses efforts consentis, notamment en faveur des enfants déplacés internes et pour tous les autres programmes que le Burkina Faso mène en collaboration avec l’UNICEF », a déclaré le ministre Zoungrana.

Dans un deuxième temps, il a été question, a-t-il poursuivi, du renforcement du partenariat avec l’UNICEF au regard de la situation humanitaire que traverse notre pays.

« Il s’agissait pour nous de leur expliquer la situation et voir dans quelles conditions nous pouvons davantage bénéficier du soutien de l’UNICEF. Nous avons eu une oreille attentive de la part des autorités de l’UNICEF et elles vont réaliser une mission d’ici peu au Burkina Faso dans le cadre du renforcement de notre partenariat », a-t-il annoncé.

Selon le ministre en charge de la solidarité nationale, 62% d’enfants sont concernés, au pays des hommes intègres, par la crise des déplacés internes. A son avis, l’UNICEF est, pour ce faire, un partenaire assez spécifique et crucial dans une telle situation.

« Et nous avons échangé sur comment ce partenariat peut se poursuivre, malgré la crise mondiale à laquelle nul n’échappe, afin qu’on ait toujours un regard particulier sur le Sahel particulièrement sur le Burkina Faso. Car, c’est maintenant que nous devons maintenir les acquis et faire en sorte de pouvoir avancer pour soulager la souffrance des personnes et particulièrement des enfants », a-t-il fait savoir.

La délégation burkinabè qui a échangé avec la Directrice exécutive adjointe chargée de la gestion des Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), était conduite par la ministre des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, Olivia Rouamba, accompagnée de ses collègues en charge de la santé et de la famille, Robert Kargougou, et Salimata Nébié/Conombo.

Aubin NANA

A New York (États-Unis)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.