La Direction générale du Trésor et de la comptabilité publique en collaboration avec la Société burkinabè d’intermédiation financière, a lancé le jeudi 12 septembre 2019 à Ouagadougou, l’emprunt obligataire public (TPBF 2019-2027). Cette opération qui va durer trois semaines vise à mobiliser 75 milliards F CFA au profit du budget de l’Etat du Burkina Faso.

Du 12 septembre au 3 octobre 2019, les personnes physiques et morales des pays membres de l’UEMOA et les investisseurs institutionnels, régionaux et internationaux, sont appelés à souscrire à l’emprunt obligataire par appel public à l’épargne au profit du trésor du Burkina Faso. La Direction générale du trésor et de la comptabilité publique (DGTCP), en collaboration avec la Société burkinabè d’intermédiation financière (SBIF), a lancé l’opération Trésor public du Burkina Faso (TPBF) 6,5% 2019-2027, le jeudi 12 septembre à Ouagadougou. Ce neuvième appel public à l’épargne du pays des Hommes intègres sur le marché financier régional ambitionne mobiliser 75 milliards F CFA. «Ladite émission, tout comme les précédentes, vise la mobilisation des ressources complémentaires au financement du budget de l’Etat.

En effet, dans le cadre de l’exécution de la loi de finances gestion 2019, l’Assemblée nationale a donné autorisation au ministère en charge des finances de rechercher des ressources pour le financement des investissements qui s’inscrivent en droite ligne des objectifs poursuivis par le plan national de développement économique et social et qui seront exécutés par l’Etat au cours de l’année», a expliqué le directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, Célestin Santéré Sanon. Dans le but d’attirer plus d’adhésion, il a relevé les avantages de l’opération : l’exonération fiscale pour les résidents du Burkina, l’inscription des titres à la cote de la Bourse régionale des valeurs mobilières et les périodicités semestrielles de remboursement. Le DG a dit compter sur l’accompagnement des potentiels souscripteurs pour la réussite de l’opération de levée des fonds. «Le gouvernement s’est inscrit résolument dans une stratégie de gestion de la dette publique qui répond aux normes sous régionales et internationales. Ce qui lui permet d’honorer à bonne date ses engagements vis-à-vis de ses créanciers et de pérenniser la qualité de sa signature auprès des investisseurs», a-t-il rassuré.

Mme Gisèle Kologo de la SBIF a fait savoir que le prix de l’émission est de 10 000 F CFA soit un total de 7 500 000 obligations. «Les obligations sont émises sous la forme de titres dématérialisés au porteur. Elles seront obligatoirement inscrites en comptes tenus par un teneur de compte habilité au choix du porteur. Elles seront également conservées auprès du Dépositaire central/Banque de règlement qui assurera la compensation entre teneurs de comptes», a-t-elle expliqué. En outre, Mme Kologo a précisé que la durée de l’émission est de huit ans dont deux ans de différé et la date de jouissance des titres est fixée au 8 octobre 2019.

Le taux d’intérêt, a-t-elle souligné, est de 6,50% et les intérêts seront payables semestriellement à partir de la date de jouissance des titres. «L’emprunt obligataire du Trésor public du Burkina est sécurisé par un compte d’amortissement qui sera ouvert au nom du Trésor public dans les livres de la BCEAO. Ce compte sera régulièrement approvisionné avec des ressources affectées par le Trésor, de façon à répondre aux différentes échéances de paiement des intérêts et du principal de l’emprunt», a soutenu Gisèle Kologo. Du reste, Célestin Santéré Sanon a invité les potentiels souscripteurs à adhérer massivement.

Joseph HARO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.