Aloïs Nana : enseignant retraité de Alwata Diawara, depuis 35 ans

Aloïs Nana a été l’un des anciens enseignants de l’école Alwata Diawara de Tougan. Lors de la commémoration des 95 ans de l’établissement en fin novembre, il a reçu du président du Faso, une reconnaissance de l’Amicale des anciens élèves.

Difficile pour lui de se tenir debout, encore moins de marcher sans l’appui de quelqu’un, Aloïs Nana, n’a pas voulu pourtant se faire conter la commémoration des 95 ans de l’école dans laquelle, il a servi plusieurs années comme enseignant dans les années 1950, bien avant l’indépendance de la Haute Volta. Saisissant difficilement les mots qu’on lui adresse, certainement dû au poids de l’âge, M. Nana est né en 1927. Il eut la chance de fréquenter, comme bon nombre d’enfants de l’époque, l’école cléricale, celle de la mission catholique. « A l’école cléricale, on apprenait plusieurs langues comme le français, l’anglais, le latin… Cela nous a permis de nous éveiller très vite », se souvient-il. En 1948, il intègre le corps des enseignants de l’époque coloniale, pour y dispenser le savoir. C’est dans l’exercice de ses fonctions, qu’il a enseigné dans une école primaire à Tougan aujourd’hui, appelée école Alwata Diawara. Il fut admis à la retraite le 1er janvier 1985, sous la Révolution après une longue carrière bien remplie. En janvier 2020, précisément dans quelques jours, M. Nana totalisera 35 ans de vie de retraité.

Adama SEDGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.