Assemblée nationale : les députés adoptent le règlement

L’Assemblée nationale a examiné en plénière, le vendredi 22 janvier 2021 à Ouagadougou, les conclusions de la commission ad hoc chargée de l’élaboration de son règlement. A l’occasion, l’institution a procédé au remplacement des députés appelés au gouvernement et les élus dont les postes d’origine sont incompatibles avec leur statut.

L’Assemblée nationale réunit progressivement les conditions pour son bon fonctionnement. Deux semaines après son installation, la commission ad hoc chargée de l’élaboration du règlement de l’Assemblée nationale, l’institution parlementaire était en conclave le vendredi 22 janvier 2021 autour des conclusions des travaux du comité. Cette rencontre qui s’est tenue à huis clos, visait à apporter des amendements au rapport présenté par les 23 députés de la commission issus des 15 partis politiques que compte la VIIIe législature et de 7 membres de l’administration parlementaire. Selon une source au sein de l’Assemblée nationale, une conférence de presse sera animée ultérieurement pour dévoiler le contenu du nouveau règlement intérieur du Parlement, avant sa transmission au Conseil constitutionnel pour vérification de sa conformité avec la loi fondamentale.

Avant le début de la rencontre, le Parlement a procédé au remplacement des députés appelés au gouvernement. Ainsi, les 18 députés appelés au gouvernement ont cédé leur place à leurs suppléants, conformément aux nouvelles dispositions du Code électoral. Outre ces 18 députés, d’autres élus ont été installés. Il s’agit de ceux dont le mandat est incompatible avec leurs fonctions.

Ces derniers ont été acceptés à la Représentation nationale, après avoir présenté des preuves de leur démission de leurs fonctions. Il s’agit, entre autres, du protocole d’Etat de la Présidence du Faso, Raymond Balima et du Secrétaire permanent (SP) du Comité national d’organisation de la fête nationale du 11-Décembre, Boukari Khalil Bara. D’autres élus ont par contre décidé de rester dans leurs fonctions, laissant ainsi leurs sièges de député à leurs suppléants. Parmi eux, l’on retrouve l’ex-Premier ministre et actuel Directeur général (DG) de la Caisse des dépôts et consignations, Paul Kaba Thiéba et le directeur général de la Banque agricole du Faso, Daouda Simboro. Désormais député sous la bannière du Mouvement du peuple et du progrès (MPP) dans la province du Sourou, en remplacement de M. Thiéba, Yacouba Salouka a promis d’œuvrer pour l’amélioration des conditions de vie des populations.

« Pour avoir sillonné les villes et villages pendant la campagne électorale, nous connaissons les préoccupations des populations », a-t-il déclaré. Désirée Marie Chantal Boni/Nignan, jusque-là Secrétaire générale (SG) de la Présidence du Faso, compte aussi apporter sa contribution pour faire bouger les lignes à travers des projets et propositions de lois.

Abdoulaye BALBONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.