Ministère en charge de la décentralisation : Clément Sawadogo visite les projets et programmes du département

Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Clément Pengdwendé Sawadogo, a effectué une visite dans les trois grands projets de son département (FICOD, PACT et PAPCiDDel), le lundi 1er février 2020, à Ouagadougou.

En vue d’une meilleure connaissance des services et du personnel en charge de l’animation de la vie de son département, le nouveau ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MATD) a effectué une tournée d’immersion dans les trois principaux projets de son ministère, le lundi 1er février 2021 à Ouagadougou.
Il s’agit du Fonds d’investissement pour les collectivités décentralisées (FICOD), du Programme d’appui aux collectivités territoriales (PACT) et du Projet d’appui à la participation citoyenne, à la décentralisation et au développement local (PAPCiDDeL). Au FICOD où le ministre Sawadogo a débuté sa tournée, il a eu un entretien avec les premiers responsables du projet réunis pour leur rencontre hebdomadaire. Un entretien au cours duquel le coordonnateur du projet, Abdoulaye Zongo, a fait une brève présentation de sa structure et dévoilé ses perspectives.

Il a indiqué que le FICOD, qui a vu officiellement le jour en 1996, soutient les communes de trois régions que sont le Sud-Ouest, l’Est et le Centre-Est. Fruit de la coopération bilatérale entre le Burkina Faso et la République fédérale d’Allemagne, le FICOD appuie actuellement 77 communes dans la réalisation d’infrastructures économiques et sociales telles que les écoles primaires, les collèges, les Centres de santé et de promotion sociale (CSPS), les boutiques communales, etc. En outre, a ajouté M. Zongo, le fonds intervient également dans le renforcement des capacités des acteurs de la décentralisation. Pour avoir déjà dirigé ce ministère, Clément Sawadogo a dit connaître la place « importante » du FICOD dans le développement des collectivités. «Lorsque j’étais à la tête de ce ministère dans le passé, j’ai travaillé avec le FICOD et je suis très heureux de constater aujourd’hui que la structure a fait montre d’une stabilité durable. Au début, il concernait seulement deux régions et je me rends compte qu’il agit désormais de trois régions. Ce qui est impressionnant et nous ne pouvons que féliciter les différents responsables de la structure », a-t-il laissé entendre. Il s’est réjoui du capital d’expériences que le fonds a amassé durant toutes ces années d’intervention dans les communes. « Nous allons nous appuyer sur cette expérience pour travailler à renforcer les collectivités notamment les communes », a-t-il déclaré.

Appel à de nouveaux partenaires

Après le FICOD, c’est le PACT qui a accueilli le ministre et sa délégation. Là également, il a fait une visite-éclair des locaux avant de s’entretenir avec les premiers responsables de la structure qui lui ont présenté davantage le projet.

A cet effet, le coordonnateur national adjoint, Idrissa Séré, a noté que le PACT a pour vocation de soutenir, d’appuyer et de conseiller toutes les structures qui encadrent la décentralisation notamment les institutions publiques comme le MATD, le ministère des Finances, la Primature, le Réseau gouvernance locale de l’Assemblée nationale. A hauteur de plus de 30 milliards F CFA, a, en outre, indiqué M. Séré, le projet soutient directement les communes en renforçant leurs capacités pour qu’elles gèrent les compétences à elles transférées. Si la première phase a concerné 140 communes, elle a, « du fait de sa bonne exécution », permis la mise en œuvre d’une seconde phase qui, elle, a pris en compte toutes les communes du Burkina Faso. Cette seconde phase devant prendre fin le 1er octobre prochain, ses premiers responsables ont attiré l’attention du ministre sur la nécessité de consolider les acquis engrangés et d’ouvrir le projet aux régions.

Un domaine très vaste

Le dernier acte de la tournée du ministre a concerné le PAPCiDDeL où il a également échangé avec le personnel chargé de l’exécution du projet. Débuté en 2018 pour une durée de trois ans, le PAPCiDDeL a essentiellement quatre domaines d’intervention que sont la planification locale, la maîtrise d’ouvrage locale, la mobilisation des ressources internes et le développement économique local. D’un coût de 1,5 milliard F CFA, il vise l’amélioration des capacités des collectivités territoriales afin de leur permettre de lutter efficacement contre la pauvreté à la base. En plus de la gouvernance locale, le PAPCiDDeL a intégré la promotion de la cohésion sociale dans ses activités à travers un nouveau projet financé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le Royaume des Pays-Bas.

Ce projet couvre sept régions principales pour la période de 2020 à 2023.
A la fin de sa tournée, le ministre s’est dit convaincu que ces différents programmes soutiennent de façon dynamique la décentralisation et le développement local au Burkina Faso. Il a donc félicité les partenaires qui appuient ces structures et invité les autres à leur emboîter le pas. « Le domaine de la décentralisation est très vaste. Notre pays compte plus de 369 communes et arrondissements qui attendent chacun d’être soutenu ne serait-ce qu’en termes de renforcement de ses capacités. Comme nous avançons vers un nouveau cycle avec les élections locales qui vont bientôt se dérouler, il va sans dire qu’avec le renouvellement des instances dirigeantes, il faudra accentuer les efforts pour, à nouveau, renforcer les capacités des nouveaux dirigeants », a-t-il précisé.

Nadège YAMEOGO
Lati Fatou TARBANGDO (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.