Accès à l’énergie : 5,4 milliards F CFA pour fournir du solaire à des ménages

Le gouvernement burkinabè et l’Agence française de développement (AFD) ont signé le lundi 22 février 2021 à Ouagadougou, deux accords de financement de projets et programmes dans les secteurs de l’énergie et de l’éducation. Les deux accords ont une valeur de 9 milliards de FCFA.

Le gouvernement burkinabè multiplie ses efforts pour fournir de l’électricité à moindre coût aux populations. A cet effet, le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, a signé le lundi 22 février 2021 à Ouagadougou une convention avec l’Union européenne (UE) dans le cadre d’un projet intervenant dans le secteur de l’énergie. Selon l’ambassadeur de la France au Burkina Faso, Luc Hallade, ce financement d’une valeur de 5,4 milliards de FCFA (8,3 millions d’euros) est un financement additionnel du projet Yeleen. De son avis, il s’inscrit dans le cadre de l’appui de l’Union européenne et de l’Agence française de développement (AFD) aux politiques publiques du Burkina Faso. Le programme Yeleen vise à terme la construction de quatre centrales photovoltaïques et d’un dispositif de stockage d’énergie solaire, la densification du réseau électrique et le développement de solutions solaires dans les communes rurales non desservies par la SONABEL. Pour le ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières, Bachir Ismaël Ouédraogo, cette signature de convention permettra à son département de mettre en place un mécanisme de centrale solaire de près de 50 mégawatts avec 10 mégawatt/heure de stockage. « Avec l’énergie solaire, c’est une opportunité de baisser le Kilowatt/heure et de décentraliser l’énergie à toute la population du Burkina Faso », s’est-il réjoui. Et l’ambassadeur de l’Union européenne auprès du Burkina Faso, Wolfram Vetter, de préciser que ce sont 165 000 ménages qui sont visés par cette action d’énergie solaire.

Des forages pour lutter contre la COVID-19

Le second accord de financement d’une valeur de 3,7 milliards F CFA est consacré à la réponse éducative face à la COVID-19. Pour l’ambassadeur de France au Burkina, ce financement traduit l’engagement croissant du Partenariat mondial pour l’éducation (PME) et des institutions et pays contributeurs dont la France aux côtés du pays des Hommes intègres pour accompagner la politique éducative sur la période 2018-2023. Selon le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Stanislas Ouaro, ce fonds servira d’une part à la construction des forages dans les établissements scolaires et d’autre part à faire face aux conséquences de la maladie sur le développement de l’éducation des filles à travers la mise à disposition de kits d’hygiène et de savons pour le lavage des mains. A l’écouter, l’AFD a été sélectionnée comme agence partenaire chargée de la mise en œuvre de ce projet. Le ministre en charge des finances, a, au terme de la signature des deux conventions, remercié les partenaires pour leurs « inlassables soutiens ». Il a, par ailleurs, invité les bénéficiaires à une bonne gestion des fonds alloués.

Abdoulaye BALBONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.