Divagation des animaux à Ouagadougou : La Police municipale « bande les muscles »

La Direction générale de la Police municipale « traque », du 26 au 29 mai 2021 dans la ville de Ouagadougou, les animaux en divagation. Pour la seule journée du mercredi 26 mai 2021, dans les arrondissements 3, 8 et 9, plus de 400 têtes de quadrupèdes composés de moutons et de chèvres sont capturés et mis en fourrière.

Il est 10 heures passées de deux minutes dans les locaux de la Direction générale de la Police municipale (DGPM), le mercredi 26 mai 2021, à Ouagadougou. Les membres des trois équipes chargées de se déporter sur le terrain de la « traque » des animaux en laisse ou en divagation sont enfin fin prêts pour « larguer les amarres ». Pas de briefing avant le départ avec les professionnels des médias donc pas d’itinéraire précis, dans ce genre d’opération, nous confie l’un des membres d’une des équipes.

La première équipe, qui se sépare de la deuxième au Rond-point de la Patte d’Oie et qui s’ébranle vers les arrondissements 3 est suivie par les Hommes de médias et des policiers municipaux chargés de la sécurité de cette «campagne ». A 10h 35 mn, le soleil poursuit sa course dans le ciel et la chaleur s’annonce implacable et troublante, quand les « lutteurs contre la divagation des animaux » font leur entrée dans l’arrondissement 3 de la capitale. Devant le «Foyer CRS Ouaga Nord » du camp de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS), des moutons et des chèvres dont certains en gestation, divaguent tranquillement ignorant qu’ils sont les cibles des agents de la Police municipale (PM).

La première prise est effectuée amenant une quinzaine d’entre eux dans le véhicule de la DGPM à destination de la fourrière de la mairie de l’arrondissement 3. A 10h 49 mn, à la demande des enseignants du « Centre d’urgence scolaire du Repère », un établissement scolaire jouxtant une chapelle au secteur 15 dudit arrondissement, la PM fait sa descente. Dans cet espace, s‘engage, en présence de quelques badauds, une course poursuite entre agents municipaux et moutons et chèvres se promenant illégalement.

Un cours relatif à l’élevage

Là, des propriétaires suivent un cours de règlement régissant l’élevage des animaux urbain et péri-urbain. Après, ils sont invités à faire le déplacement de leur mairie afin de rentrer en possession de leurs bêtes moyennant le paiement d’une contravention et des frais y afférents. Dans un six mètres (m) du même secteur, « Rue 22. 145», à 11h 2 mn, moutons et chèvres courent à tue-tête, certains pour regagner leurs étables et d’autres pour rentrer dans les mailles de leurs « détracteurs ». C’est dans ce remue-ménage, qu’un habitant a conduit précipitamment son bétail dans sa cour.

Ce qui lui vaut ce langage tenu par la mission de la PM : « Prochainement, protégez vos animaux Monsieur». Elle poursuit sa route sans autre forme de procès et arrive respectivement à 11h 17 mn sur le terrain à proximité du «Monument de la paix » à Tampouy et à 11h 24 mn au terrain : « Mirammar » non loin des rails. A ces deux lieux, la moisson est fructueuse avec dans le véhicule d’innombrables têtes de moutons et de chèvres mis en enclos dans l’enceinte de la mairie de l’arrondissement 3 sous l’œil vigilant des propriétaires d’animaux visiblement désabusés. C’est le cas de Ilyasse Ouédraogo qui dit être vraiment touché par la capture de deux de ses quadrupèdes.

Même son de cloche pour Salifou Ouédraogo, qui déplore la situation, mais reconnaît tout de même que c’est pour pallier les multiples accidents et désagréments que causent ces animaux en divagation. Après l’hôtel de ville de l’arrondissement 3 de Ouagadougou, le retour est effectué à la DGPM à 12h 50 mn avec à la clé plus de 200 têtes de petits ruminants à récupérer après avoir payé 30 000 F CFA de frais de contravention et 5 000 F CFA des droits de fourrière, aux dires du directeur de la police de la salubrité et de la tranquillité urbaine, l’inspecteur de Police municipale, Alidou Tinto.

Selon lui, cette opération répond à la délibération 2018/165 de la commune de Ouagadougou relative à la répression de la divagation des animaux dans la ville de Ouagadougou, occasionnant beaucoup d’actes d’insalubrité. « La divagation des animaux dans la ville de Ouagadougou fait partie intégrante de la lutte de la Police municipale en matière de sécurité publique et de salubrité », indique-t-il. L’opération qui compte enregistrer 400 têtes d’animaux pour son début, a été lancée sous la houlette de la mairie de Ouagadougou pour mettre fin aux dégâts que cause la divagation des animaux dans la capitale, notamment à l’environnement. Les propriétaires des animaux capturés ont 72h pour s’exécuter afin d’éviter que leurs biens ne soient vendus aux enchères publiques. Les populations sont invitées à élever dans des fermes loin de la ville.

Boukary BONKOUNGOU

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.