Performance du secteur des transports : un taux de réalisation de 37,73% au 30 juin 2022

Le ministre en charge des transports, Mahamoudou Zampaligré (milieu), souhaite renforcer la présence du secteur des transports dans l’environnement institutionnel.

Le ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière (MTMUSR) a tenu sa première session ordinaire du Conseil d’administration du secteur ministériel, le jeudi 22 septembre 2022, à Ouagadougou, sous le thème: « Les défis du ministère des Transports pour une résilience du Burkina Faso face à la crise sécuritaire ».

En dépit du contexte sécuritaire difficile, le bilan à mi-parcours du Ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière (MTMUSR) est satisfaisant. C’est ce qui ressort de la première session ordinaire de l’année du Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM), tenue le jeudi 22 septembre 2022, à Ouagadougou, sous le thème : « Les défis du ministère des Transports pour une résilience du Burkina Faso face à la crise sécuritaire ».

En effet, a indiqué le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Mahamoudou Zampaligré, le département a atteint un taux de réalisation global de 37,73% au 30 juin 2022. Il a affirmé que le niveau d’approvisionnement en denrées et produits de première nécessité a été maintenu. En sus, la collaboration et les échanges ont été conservés avec les pays voisins et les partenaires techniques et financiers, a ajouté M. Zampaligré. A entendre le ministre, trois critères ont été retenus au titre d’évaluation de la performance des structures de son département. Il s’agit de l’efficacité, de l’efficience et de la gouvernance.

La première session ordinaire du CASEM a également été l’occasion d’examiner quelques statistiques saillantes de 2021 et de présenter le rapport de performance 2021 du département. A ce propos, le ministre a indiqué que le taux annuel de réalisation était de 77,26% l’année précédente. En termes de perspectives, il a noté que le ministère est en train d’arrimer la vision du secteur sur le plan de la Transition. « Nous allons maintenir le niveau de dialogue pour permettre au secteur de jouer son rôle de soutien et d’animation à l’économie nationale », a fait savoir Mahamoudou Zampaligré. Pour lui, le secteur du transport doit être plus présent dans l’environnement institutionnel.

Redoubler d’efforts

Le ministre a souligné que des efforts restent à fournir, afin d’améliorer les performances du secteur. Le Secrétaire général (SG) du MTMUSR,coordonnateur de l’action administrative du département, Jean Claude Zongo, a souligné que le thème de la première session a permis aux acteurs de mieux appréhender les défis qui se posent à eux et de formuler des propositions qui vont permettre la résilience du secteur. Il a ajouté que la tenue du CASEM a traduit l’obligation de redevabilité des premiers responsables en matière de gouvernance administrative et institutionnelle.

« L’occasion qui nous est donnée aujourd’hui d’examiner les différents documents inscrits à l’ordre du jour a été possible grâce à l’implication de tous et de toutes », a fait comprendre le SG du MTMUSR. C’est pourquoi, M. Zongo a salué l’engagement de l’ensemble des responsables des structures, des collaborateurs et des différents Partenaires sociaux techniques et financiers (PSTF) présents au CASEM.

Il a, par ailleurs, félicité le Directeur général des études statistiques et sectorielles (DGESS), Lassina Nyamba et toute son équipe pour l’abnégation dont ils ont fait preuve pour produire les rapports. Jean Claude Zongo a réitéré ses remerciements au directeur général du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC), Dr Kassoum Traoré pour l’assistance dont ils ont bénéficié. Cette première session a connu la participation des partenaires techniques et financiers ainsi que des ONG et associations.

Nadège KINDA (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.