Lutte contre le terrorisme

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu, le mercredi 29 mai 2019 à Ouagadougou, respectivement l’envoyée spéciale du président de la commission de l’Union africaine (UA) pour les femmes, la paix et la sécurité, Bineta Diop et le directeur adjoint du département Afrique du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Desruelle. L’insécurité au niveau des frontières et le programme sur les finances publiques ont été les principaux sujets abordés.

L’envoyée spéciale du président de la commission de l’Union africaine (UA) pour les femmes, la paix et la sécurité, Ndeye Bineta Diop et sa délégation ont rendu une visite de courtoisie, le mercredi 29 mai 2019, au chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. A travers cette visite, a fait savoir Mme Diop, la délégation a voulu montrer au monde entier que malgré la situation difficile que traverse le pays des Hommes intègres, l’Afrique trouvera des solutions adéquates. Selon elle, le Burkina Faso est également en train de mettre en œuvre des solutions de sécurité et de protection des populations. «Nous avons partagé avec le président, notre agenda de femme, paix et sécurité, ainsi que des solutions que les femmes préconisent à la base et dans les communautés. Le Sahel nous préoccupe, parce que si cette région est en paix, l’Afrique le sera, le monde aussi», a confié Bineta Diop. Pour l’envoyée spéciale, les femmes sont résilientes et elles veulent faire partie des solutions. «Nous avons tendance à trouver des solutions superficielles. Maintenant, il faut aller à l’intérieur des problèmes, comme ceux des frontières. Et les femmes sont là, pour faire le plaidoyer», a-t-elle fait savoir. A l’entendre, les femmes veulent avoir des plateformes d’échanges avec les militaires, car la solution, elle, est également humaine et les communautés doivent aussi s’impliquer pour combattre l’ennemi commun, le terrorisme. Faisant l’état des lieux des femmes et des enfants victimes des attaques terroristes, Mme Diop a précisé qu’avec la ministre en charge de l’action humanitaire burkinabè, des échanges ont été menées pour chercher des pistes de solution, afin d’améliorer leurs conditions de vie.
A la suite de la délégation de l’UA, c’est celle du Fonds monétaire internationale (FMI), conduite par son directeur adjoint du département Afrique, Dominique Desruelle qui a été reçue. Elle a dit être venue rassurer le président Kaboré, du soutien du FMI et des efforts qui sont en cours. M. Desruelle a indiqué que le FMI dispose d’un programme financier pour le Burkina Faso. Cette audience, a-t-il signifié, a permis au Fonds de réaffirmer sa «volonté ferme» de continuer à aider le pays dans sa stratégie de développement. «Ce programme financier dure sur trois ans. Il a des revues semi-annuelles et il y a eu des échanges avec le ministre en charge de l’économie. Nous pensons aller au conseil d’administration dans les mois à venir», a-t-il affirmé. Ce programme, de son avis, porte également sur un ensemble de réformes structurelles qui permettent de créer des bases nécessaires pour satisfaire des objectifs de développement et aussi de soutenir les dépenses prioritaires.

Afsétou SAWADOGO

1 COMMENTAIRE

  1. Très bonne idée pour la plateforme qui permettra aux femmes de partager des infos avec les militaires. Elles sont un nid d’infos sûres. Bon vend.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.