Kaya : une fille prise en otage par une lesbienne

ENSP de Banfora : deux « capitaines » dans un bateau ?

Il est parvenu à Kantigui, que les élèves de l’Ecole nationale de santé publique (ENSP) de Banfora ont observé un sit-in, le 4 novembre 2021, au sein de l’établissement pour exprimer leur mécontentement à l’endroit de leur nouveau directeur régional. Selon des échos qui sont parvenus à Kantigui, les élèves-infirmiers des 1re et 3e promotions se sentiraient pris dans un imbroglio entre le directeur de l’établissement et le coordonnateur de la 2e promotion. En effet, il semble que chacun de ces deux responsables a établi indépendamment un programme pour l’administration des cours. Exacerbés par cette situation qui dure depuis la prise de fonction du nouveau directeur régional de l’ENSP, les élèves-infirmiers avaient observé une suspension des cours, le 30 octobre 2021, pour protester contre ce qu’ils qualifient d’inacceptable. Entre autres, ils protestent contre le manque de personnels d’encadrement (pas de coordonnateur pour la 1re promotion et la 3e promotion), l’insuffisance de matériel pédagogique, de salles de classe et de tables-bancs pour les élèves. En outre, ils demandent une bonne orientation pour leur stage pratique ; un superviseur pour les étudiants de la 1re promotion qui sont en stage sur le terrain, la culture du dialogue social entre le directeur régional et les élèves de l’ENSP de Banfora et la fin des agressions verbales à l’égard des élèves. Kantigui a ouï dire que le coordonnateur de la 1re promotion a claqué la porte parce qu’il ne supportait plus les humeurs du directeur régional. Kantigui a été informé que les cours des 1re et 2e promotions sont perturbés depuis le 30 octobre 2021. Kantigui invite les différents protagonistes à privilégier le dialogue afin de permettre aux élèves- infirmiers de suivre les cours dans un climat qui rassure tout le monde.

Ziga : un stagiaire nommé chef de zone

Depuis plus d’un mois, Kantigui suit de près le bras de fer qui oppose la direction provinciale en charge des ressources animales du Sanmatenga et certains de ses agents au sujet des affectations. La nomination d’un agent en stage probatoire au poste de chef de Zone d’appui technique d’élevage, (ZATE) dans la commune de Ziga (Sanmatenga) et le maintien d’un autre agent au Poste vétérinaire (PV), bien qu’il ait passé plus de 5 ans dans la commune, serait à l’origine de la discorde. « Nous reconnaissons que le second problème ne s’appuie pas sur les textes. C’est le fruit d’un consensus acté par la direction provinciale en charge de l’élevage, depuis 2014. Nous avons décidé que chaque année, une fois qu’un agent passe 5 ans dans une commune, il change de localité afin de maintenir son efficacité et de le faire profiter des avantages liés aux zones à vocation pastorale », a expliqué l’informateur de Kantigui. Contre toute attente, ce consensus a été récusé cette année par la direction provinciale en charge des ressources animales, évoquant le respect des textes en vigueur. « Même si la nomination reste un pouvoir discrétionnaire, l’article 1 de la loi 081-2015/CNT portant statut général de la Fonction publique, l’Etat stipule qu’un agent est nommé une fois titularisé après une période de stage probatoire d’une année au moins. De même, l’année passée, l’affectation par consensus a été respectée par nos responsables…», a fustigé un autre plaignant. Kantigui formule le vœu que ces incompréhensions puissent être résolues dans l’intérêt du service public au sein de cette direction.

Kaya : une fille prise en otage par une lesbienne

En séjour à Kaya, chef-lieu de la région du Centre-Nord, Kantigui a eu vent des agissements peu recommandables d’une gérante de débit de boissons. Selon les informations parvenues à Kantigui, la gérante, une lesbienne de nationalité étrangère, s’est éprise d’une de ses compatriotes qu’elle a fait venir de son pays. Depuis qu’elle séjourne à ses côtés, de ce qui revient à Kantigui, la jeune dame est pratiquement « prise en otage » par sa compatriote. En effet, tous ses faits et gestes sont épiés par sa patronne. Très possessive, elle s’oppose à toute personne qui essaie d’aborder sa protégée. « J’ai expressément accosté la fille dans un couloir.

Lire l’article dans Sidwaya numérique

Kantigui

Kantigui2000@gmail.com

(+226) 25 31 22 89

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.