Conduite responsable des entreprises : A l’école du modèle canadien

Le président du FRSE, Kalid Kéré : « Partenaire stratégique du forum, le Canada a revu son cadre de conduite de responsabilité des entreprises ».

Le Forum sur la responsabilité sociale des entreprises (FRSE) a organisé, en collaboration avec l’ambassade du Canada et la Chambre des mines du Burkina, un atelier d’information et de sensibilisation sur la Conduite responsable des entreprises (CRE), à l’intention de la société civile et du secteur privé, le mardi 29 novembre 2022 à Ouagadougou.

Le gouvernement canadien adoptait en avril 2022, une mise à jour de sa stratégie de promotion de la conduite responsable des entreprises et l’avait érigée comme une priorité pour les entreprises canadiennes opérant à l’étranger. C’est dans le but de connaître davantage les déclinaisons de cette stratégie et ses enjeux que le Forum multipartite pour la responsabilité sociale des entreprises (FRSE) dans le secteur minier a organisé un atelier d’échanges et de partage de bonnes conduites à l’intention de la société civile et du secteur privé, le mardi 29 novembre 2022, à Ouagadougou.

Cet atelier s’est tenu avec la collaboration de l’ambassade du Canada et la Chambre des mines du Burkina en prélude à la célébration du soixantième anniversaire de coopération entre le Canada et le Burkina Faso. Pour le président du FRSE, Kalid Kéré, cette nouvelle stratégie adoptée par le Canada engage les entreprises canadiennes à contribuer au développement durable et à appuyer les engagements du Canada à l’égard des droits de la personne.

« Au-delà de l’opportunité de rencontre entre partenaires du forum, cet atelier qui est une des activités commémoratives des 60 ans de coopération entre le Canada et notre pays, a pour but d’apprendre les bonnes conduites du Canada au profit du secteur minier, des communautés et du secteur privé », a appuyé Kalid Kéré. L’ambassadrice du Canada, Lee Anne Hermann, a salué les 60 ans de vie commune entre les deux peuples (canadien et burkinabè).

Un catalyseur pour la croissance économique Le secteur minier, a-t-elle souligné, peut servir de catalyseur pour la croissance économique, la création d’emplois et l’autonomisation socio-économique des femmes voire pour toute la population burkinabè.

L’ambassadrice du Canada au Burkina Faso, Lee Anne Hermann : « la conduite responsable effective des entreprises a besoin d’une gouvernance vertueuse, respectueuse des droits et de l’environnement ».

Pour y parvenir, la diplomate canadienne a précisé qu’il faut au préalable s’assurer d’une gouvernance vertueuse, respectueuse des règles et de l’environnement. « C’est fort de cette conviction que le Canada a entrepris un certain nombre d’actions et d’initiatives qui garantissent une exploitation inclusive, durable et créatrice de richesses pour les pays d’accueil », a-t-elle expliqué.

Au nombre de ces actions, a précisé Lee Anne Hermann, on peut citer entre autres, l’élaboration et la mise à jour de cette stratégie de conduite responsable des entreprises, le 28 avril 2022. Elle a incité à intégrer des pratiques d’affaires responsables dans toutes leurs opérations y compris les chaînes d’approvisionnement internationales. Il y a aussi, a noté l’ambassadrice du Canada, la création d’un bureau de l’ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises qui est chargé de protéger les droits de la personne.

Le ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières, Simon Pierre Boussim, a salué cette initiative. « La question est de voir comment concilier les profits des entreprises et le bien-être des sociétés, une préoccupation dans le contexte difficile que vit notre pays, ce qui démontre l’intérêt de cette approche », a-t-il soutenu. Le ministre Boussim s’est félicité des 60 ans d’amitié et de coopération bilatérale entre le Burkina Faso et le canada qui, selon lui, a tenu toutes ses promesses.

Rémi ZOERINGRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.