Procès Dabo Boukary : une victoire d’étape, selon l’UGEB

M. Sourabié et ses camarades ont souhaité que les assassins de Dabo Boukary puissent être identifiés et sanctionnés.

Le comité exécutif de l’Union générale des étudiants du Burkina (UGEB) a animé une conférence de presse, le mardi 6 septembre 2022, à Ouagadougou, pour se prononcer sur le procès de l’affaire Dabo Boukary, prévu pour se tenir le 19 septembre prochain.

L’affaire Dabo Boukary, étudiant en 7e année de médecine, assassiné, en mai 1990, fait toujours polémique au niveau estudiantin et à la justice. Après plusieurs luttes menées par ses camarades étudiants, le procès aura finalement lieu le 19 septembre prochain. C’est le sujet qui a fait l’objet d’une conférence de presse animée par le comité exécutif de l’Union générale des étudiants du Burkina (UGEB), le mardi 6 septembre 2022, à Ouagadougou.

Ainsi, pour le président de l’UGEB, Fousséni Sourabié, la programmation du procès de leur camarade Dabo Boukary est une victoire d’étape dans la lutte du peuple contre l’impunité et pour les libertés. Et pour cela, a-t-il annoncé, l’UGEB entend se constituer partie civile lors du procès. En effet, le président de l’UGEB a rappelé que cela fait 32 ans qu’ils se battent pour la vérité et la justice.

Selon lui, le Pr Alfred Traoré qui était le directeur de l’Institut des sciences naturelles et l’institut du développement rural (ISN/IDR), actuelle Unité de formation et de recherche en Sciences de la vie et de la terre (UFR-SVT), avait refusé de recevoir la corporation à l’époque. De son avis, l’UGEB attend qu’au sortir du procès, les assassins de Dabo Boukary puissent être identifiés et sanctionnés.

« Que toute la vérité soit dite sur les évènements de mai 1990 et particulièrement sur l’assassinat de notre camarade. Que ceux qui seront reconnus coupables puissent être effectivement châtiés à la hauteur de leur forfait », a-t-il souhaité. A entendre M. Sourabié, l’UGEB mène des initiatives aux côtés du peuple burkinabè à travers d’autres organisations. Aussi, a-t-il fait savoir que chaque année, l’UGEB, à travers ses différentes sections, qu’elles soient au niveau national ou à l’étranger, mène des actions dans le sens d’exiger la vérité et la justice pour Dabo Boukary.

Pour ce qui concerne les personnes décédées, supposées être impliquées dans cette affaire, Sourabié Fousséni a laissé entendre qu’elles auraient pu apporter leur part de vérité à l’occasion de ce procès, mais hélas ! En outre, l’union appelle les étudiants à se mobiliser où qu’ils soient durant toute la période de ce procès historique.

Kowoma Marc DOH

Ouo Mariette Fadila TRAORE, Saïbata GUIRO (Stagiaires)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.